Du vêtement pas cher au vêtement haute-couture, chaque Français utilise en moyenne dix kilos de lessive par an. Afin de réduire cette consommation, un nombre restreint d’acteur sur le marché des machines à laver a révolutionné l’outil même en proposant aux français de laver leur linge sans lessive. Le procédé utilisé, celui de l’électrolyse, sépare les composants de l’eau. La bulle créée, qui remplace ainsi la lessive, est faite à base d’ions OH- qui enlèvent la saleté et d’ions H+ qui jouent le rôle de javel.


Écologique et économique, ce procédé vise ainsi à laver son sweat ou ses chaussures seulement à la vapeur, symbole de pureté et d’efficacité. Cela permet de réduire la quantité d’eau nécessaire pour chauffer la cuve et laver le linge. De nombreuses entreprises proposent par ailleurs un programme vapeur permettant d’assainir le linge en détruisant les bactéries dès 40°C, le repassage n’étant ainsi plus nécessaire.

Néanmoins, laver son t-shirt ou ses boots pour femme seulement à base d’eau, ne serait-il pas moins efficace qu’avec de la lessive ? En effet, la question de la propreté mais également de la qualité de lavage peut être posé. Le procédé de l’électrolyse est-il réellement plus économique que l’achat d’une lessive ? L’entreprise Haier, fondée en 1984 et désigné comme l’un des leaders des fabricants électroménager, a ainsi imaginé un lave-linge à chargement frontal, d’une capacité de six kilos dont le procédé d’électrolyse a été mis en place.

Une fois ce procédé sélectionné, le fabricant permet à l’utilisateur de choisir pour le lavage de son sous-vêtement (caleçon ou slip) un cycle de lavage parmi onze programmes pour que les salissures du linge soient retenues par les ions OH-, et stérilisés par les ions H+. Ce procédé évite ainsi tous les produits lessiviels, et a fortiori les produits dangereux pour l’environnement. Néanmoins, afin que ces produits soient réellement opérationnels et disponibles en magasins, les tests d’homologation doivent être réalisés et doivent révélés qu’il n’y a aucun danger pour l’espèce humaine.